25 juin 2017

La traversée de Jean-Christophe Tixier. Rageot, 2015.

Le titre... la couverture.. tout est clair, nous savons que nous sommes au coeur d'un sujet brûlant d'actualité.

Sam, jeune africain, a décidé de se payer la traversée qui le mènera jusqu'en Europe, terre promise où il est possible de tout imaginer. 
Le temps de quelques heures, au plus fort de la tempête, il se bat avec ses compagnons d'embarcation pour croire que la fin du cauchemar est proche. Mais le bateau chavire, les blessés s'épuisent et les cadavres flottent à la surface de la mer.

Au coeur de ce moment tragique, Sam joue un rôle essentiel, mais ce n'est pas sans se laisser rattraper par les souvenirs de sa famille, de sa jeune soeur et de son meilleur ami. 
C'est ainsi que nous découvrons tous les détails de son périple qui l'a d'abord conduit en Syrie pour lui faire rencontrer des passeurs, puis son internement dans un camp le temps de l'attente et aussi sa rencontre avec ses compagnons d'infortune.

L'histoire est assez réelle pour être terrible. En quelque pages, Jean Christophe Tixier nous plonge dans un récit très documenté qui éveille la conscience du lecteur. 
La fin qui reste très ouverte laisse la possibilité de garder espoir ou de s'indigner avec encore plus de virulence.
Un roman tout en distance et en proximité.

Alice, irritée...

20 juin 2017

Embrasse-moi de Ronan Badel. Gallimard, 2016

Quel plaisir de se replonger dans les poèmes de Jacques Prévert ! 

Il avait cet oeil simple, attentionné, délicat et parfois enfantin qui réussit, en quelques vers, à nous plonger directement au coeur de petites scènes quotidiennes, invisibles aux regards non avertis.

Ronan Badel a choisi ici de nous offrir ici un charmant recueil où il a regroupé quelques unes des oeuvres de l'auteur.

Tout en simplicité, comme griffonnés sur un bout de nappe en papier, ces poèmes qui parlent d'amour sont accompagnés d'illustrations bucoliques, délicates et douces qui sentent bon le plaisir des souvenirs. 
Le trait est léger, parfois envolé et s'attache à préserver la magie des mots de Jacques Prévert, incontournable poète réaliste.

Un album,  comme une rencontre vraiment réussie entre l'auteur et l'illustrateur.

Alice, toute en rime et en poésie...

Retrouvez l'avis 
de ma copinaute Sophie


18 juin 2017

Envole-moi d'Annelise Heurtier. Casterman, 2017

Comment avouer que j'ai eu du mal avec les premiers chapitres de ce livre d'Annelise Heurtier ? Que m'arrivait-il ? La peur sûrement de me retrouver avec entre les mains une romance adolescente un peu fade. Mais c'était sans faire confiance à l'auteur qu a réussi à me séduire avec une belle histoire d'amour. 

Parce que la jeunesse rend fou et romantique.
Parce qu'il n'y a pas d'âge pour que l'amour soit passionnel et sincère.
Parce qu'il faut parfois avoir la force de passer au delà de ses doutes et du handicap.
Parce qu'il vaut savoir vivre sans se préoccuper du regard des autres.

Alors rien ne peut entraver l'histoire entre Swann et Joanna. Malgré les moments de doutes, de peur, d'inquiétude, d'indécisions, ... les rêves et les désirs porteront ce jeune couple jusqu'au bout, comme pour nous rappeler toute la complexité et la délicatesse des sentiments sans que jamais ne soit remis en doute  la sincérité de leur attachement.

Sans artifice, un roman comme une goutte de maturité, d'intelligence et de bonheur.


Alice, qui a bien fait de poursuivre sa lecture ...





15 juin 2017

Peine maximale d'Anne Vantal. Actes Sud, 2010

Véritable huis clos, ce roman fait directement entrer le lecteur au coeur d'un procès en assise. 
Dans la salle d'audience, il y a les accusés, le juge, les jurés, les avocats, les victimes, .. et tour à tour, nous passons d'un point de vue à un autre, comme un observateur extérieur avec sa vision élargie.

Du premier au dernier jour, on suit le procès de Kolia, accusé d'avoir enlevé et séquestré un bébé  de 3 mois. On découvre son motif, l'enchaînement des faits, l'implication de ses soeurs, la découverte tragique des parents, le rôle de la justice... et surtout la difficile place des jurés, qui n'ont pas choisi d'être là, mais dont dépendra l'entière décision du verdict final.

Un livre convaincant qui est proche d'un véritable documentaire. Les rouages du système judiciaire apparaissent clairement et chaque personnage s'inscrit dans don rôle en toute crédibilité.
Plongés au coeur du procès des les premieres pages, le lecteur ne peut pas lâcher le livre avant que la justice ne soit rendue.

Alice, happée...



Retrouvez l'avis de 
ma copinaute Bouma


13 juin 2017

Je suis.. d'Alegra Agliardi. Les Grandes Personnes, 2017

Qui suis-je ?
Je suis cette cellule qui s'est développée pour passer d'un état à l'autre. 
J'ai flotté, puis rampé, je suis prêt à courir et même à voler. 
Je suis cet être humain qui réfléchit, qui communique, qui avance et qui s'inscrit dans ce cercle infini et répété de l'histoire de la vie.

Cet album, petit format à spirales où chaque page joue la transparence (impression sur rhodoïd), interpelle par sa forme. 
C'est bien là tout son intérêt, son originalité et sa poésie !

La superposition des illustrations utilisée intelligemment place le tout petit au coeur de sa vie et l'invite à vivre sa propre évolution pas à pas.

Voilà il fallait y penser, Darwin tout en simplicité et en couleur, c'est graphique et c'est un joli succès !

Alice, épatée...

11 juin 2017

Barracuda for ever de Pascal Ruter. Didier jeunesse,

Il s'appelle Napoléon, il a 86 ans, il n'aime pas les chaussures à bouts carré et il a décidé de divorcer. 

Il ? C'est le grand-père de Léonard et bien plus que ça, c'est son meilleur ami, son complice, son partenaire d'aventures et des coup les plus foireux et les plus inattendus. 
Ex-champion de boxe, reconverti en chauffeur de taxi, il a de quoi apprendre à son petit Coco et surtout, il veut avec lui partager sa fin de vie et éviter de finir en maison de retraite. Ensemble, ils adoptent un chien, ils envisagent le kidnapping d'un animateur radio, ils passent un savon à de jeunes joueurs de bowling, ils repeignent la maison, ils dansent sur du Claude François ... mais malheureusement ils ne peuvent rien contre le temps qui s'écoule inexorablement et la maladie qui ronge le cerveau de papi.

Y'a pas à dire, il est plutôt truculent ce grand-père, il occupe l'espace telle une tornade, grâce son énergie et son extravagance débordante.
Avec lui Pascal Ruter réussit le pari de nous offrir un personnage à la fois loufoque et terriblement attachant. 
Et sous ses sourires en coin qui parsèment notre lecture, on a le coeur bien gros, gonflé par une tendresse débordante.

Un roman comme une jolie boite où on garderait des souvenirs précieux, des secrets partagés et l'amour d'une belle complicité.

Alice, qui n'avait pas hâte de voir la dernière page se tourner ...

Les avis de mes copinautes 


9 juin 2017

Le groupe de Philippe Blondel. Actes Sud, 2017

Ils sont là, regroupés dans une salle de cours, un peu plus accueillante que d'habitude. 
Ils sont là, avec leur sensibilité, leurs histoires, leurs désillusions et leurs idéaux. 
Ils sont là à se débattre parfois avec des sujets aux contraintes imposées dans cet atelier d'écriture où ils ont choisi de s'inscrire. 
Il y a Boris, Nina, Maxime, Léo, Emeline .. . Marion Grand et François Roussel, leurs professeurs.
Ensemble, ils forment le groupe. Chacun à leur manière ils sont là pour se réinventer un univers, pour provoquer les portes d'une nouvelle liberté, se dessiner des nouveaux rêves et enfouir des histoires ressassées.
Tout en pudeur et en impudeur, ils se mettent à nu, ils s'affirment et nous les accompagnons dans toute leur sincérité.

Aucune surprise avec Jean-Philippe Blondel, le texte est intime, l'écriture est  limpide, le sens de l'observation est aiguisé et il s'opère une jolie alchimie au coeur de ce roman choral qui sonne parfaitement juste.

Alice, captivée...

Retrouvez l'avis de ma copinaute Pepita

chroniqués par Alice


30 mai 2017

Heu-reux ! de Christian Voltz. Le Rouergue, 2016

C'est jour de fête au royaume de la prairie, le Roi Grobuff souhaite marier son fils-unique, le prince-taureau Jean-Georges. 
Toutes les vaches prétendantes se pressent alors et usent de leur charme pour être l'heureuse élue. Mais rien n'y fait, le prince ne succombe à aucune d'entre elles. 
Cela a le don d'agacer son père qui ne veut pas d'un mariage raté :  son fils doit être le plus HEU-REUX et puis c'est tout !
Alors, sous faux semblant de tolérance, tant pis si la future princesse n'est pas une vache, le roi décide que cela peut tout aussi bien être une truie, une chèvre, une jument ...
Mais le choix final, ne sera pas celui qu'on croit ( ni celui du roi non plus, d'ailleurs !).

On adore le graphisme identifié de Christian Voltz, ses bricolages créatifs qui donnent naissance à des personnages comiques et tellement plein de vie ! Et en plus de ça l'auteur tord le coup aux préjugés en nous invitant à plus de tolérance et à plus d'acceptation des autres. 

Un album qui rend vraiment HEU-REUX !


Alice, réjouie...




28 mai 2017

Car boy d'Anne Loyer. Thierry Magnier, 2017

Cette lecture, c'est comme un jeu de quilles :  des personnages assez distants pour ne pas se toucher, se tenant toujours droit pour ne jamais flancher... et tout d'un coup une boule  de lumière lancée à vive allure pour tout envoyer éclater, pour faire tomber les masques, pour dévoiler les secrets,  pour que les liens se créaient..

Voilà, c'est l'histoire de Raphaël, gamin cabossé qui se retrouve à devoir cohabiter au milieu d'un paysage de tôle et de ferrailles avec un père énigmatique.
Pour le déstabiliser un peu plus, il y a la découverte de l'existence d'une demi-sœur, belle comme un soleil, terriblement troublante et hypnotisante.
Et puis au milieu de ce trio qui se cherche, ...qui s'échappe,... il y a Kathia, une petite boule de vie, handicapée motrice, adoptée de tous, rayon de soleil au milieu d'une situation complexe.

Les mots d'Anne Loyer sonnent juste, chacun est consciencieusement choisi pour porter le poids des écorchures, le cri de la douleur, la colère de l'incompréhension, le respect du silence mais aussi la joie des premiers partages, les sentiments à fleur de peau et l'espoir d'un souffle nouveau.

Merci Anne de ne pas avoir cédé à la facilité, d'avoir choisi de jouer la carte de la réalité et de nous offrir ce beau texte soigné.

Parce que la vie est pleine d'accidentés, mais que rien ne peut y déroger,... juste chercher l'apaisement là où il peut se trouver.

Alice, terriblement touchée...

Retrouvez l'avis de
 ma copinaute Pepita





15 mai 2017

Lettres d'un mauvais élève de Gaia Guasti. Thierry Magnier, 2016

Souvent rangés dans la catégorie des "derniers de la classe", des "cancres", des "feignants", ... qu'en est-il vraiment de ces gamins qui n'arrivent pas à rentrer dans les cases définies par l'Education nationale ?
En 7 lettres, écrites à ses parents, à la Ministre, à la meilleure élève, au professeur qui lui a mis un avertissement,... un ado lève le voile sur ces jeunes parfois trop maladroitement étiquetés. 
Il nous fait pénétrer au coeur de sa blessure, de sa honte, de sa détresse...
Et pourtant, il suffirait parfois de trouver sur son chemin la bonne personne au bon moment. 

L'ensemble de ces courriers montre son cheminement parfois chaotique, mais pourtant plein d'espoir.

Gaia Guasti reconsidère ici l'image du cancre ; un gamin en colère contre ses parents, contre les autres, mais surtout contre lui. Alors cela nous interroge forcément sur ce que nous sommes, ce que nous renvoyons, ce que nous comprenons, ... et surtout ceux que nous éduquons.

Ce roman, c'est une petite quarantaine de pages essentielles qui nous "balancent" de plein fouet  une certaine réalité.

Alice, finalement peu étonnée...


Retrouvez la lecture commune 
de mes copinautes A l'ombre du grand arbre